Les innovations technologiques s’emparent de tous les éléments de la vie quotidienne : logement, déplacement, communication entre autres. Cette évolution a aussi impacté le vocabulaire avec l’inclusion des néologismes tels que immotique et domotique. Si ces deux termes semblent équivalents, quelques éléments les différencient.

Qu’est-ce que l’immotique?

Le terme immotique est le résultat de la jonction des mots immeuble et informatique. Il se rapporte donc à l’intégration des outils informatiques et électroniques au processus d’entretien d’un immeuble. Tout cela se fait en se basant sur les nouvelles technologies d’information et de communication.

De même, l’immotique est aussi définie comme un ensemble d’opérations complexes de gestion et d’interconnexion des systèmes individuelles au sein d’un grand bâtiment. Il supervise donc tout un système de façon à ce que les unités primaires n’entrent pas en conflit. On obtient alors un smart building. C’est une façon automatique et intelligente de gérer les différents équipements du quotidien.

Les domaines concernés par l’immotique

Ces domaines sont : l’éclairage, le chauffage, la ventilation, l’électricité, la plomberie, l’accessibilité, la vidéosurveillance et les dispositifs de sécurité. Les données de l’immeuble sont ainsi recueillies automatiquement et rapportées au propriétaire selon la fréquence choisie. Un rapport peut ainsi être conçu afin d’améliorer la performance énergétique du bâtiment et le confort des usagers. Le commanditaire pourra donc gérer son bien immobilier en connaissant tous les éléments qui peuvent altérer son investissement.

Dans un immeuble d’habitation par exemple, l’immotique peut autant considérer les appartements dans leur globalité et dans leur individualité. Tout cela sans que le propriétaire ne fasse un effort. Il existe également des services immotiques adaptés aux bâtiments ayant des besoins particuliers comme les sites industriels ou les immeubles d’utilité publique.

La différence entre immotique et domotique?

Le mot domotique provient des termes domicile et informatique. Si elle se cantonne à de petites unités telles qu’un appartement ou une maison, l’immotique est à une plus grande échelle. Les systèmes individuels de l’immotique connectés entre eux sont pris en charge par la domotique.

Deux types de solutions immotiques sont souvent utilisés : la Gestion Technique Centralisée (GTC) et la Gestion Technique de Bâtiment (GTB). La domotique classique est souvent incluse dans la seconde lorsqu’il s’agit d’une habitation à petite échelle. D’un autre côté, l’immotique est couramment décrite comme la domotique des grands bâtiments. En effet, l’objectif et le principe global restent le même.

À titre illustratif, la domotique dans un appartement ne pourra pas contrôler les ascenseurs de l’immeuble. Pour cela, il faudra se référer à un logiciel immotique. Il en sera de même pour des éléments généraux comme l’accès, la sécurité et la consommation énergétique du bâtiment.

L’essentiel à retenir est que des maisons ou appartements domotisés peuvent être rassemblés dans une structure immotisée. Les deux concepts se différencient par l’échelle d’influence. Toutefois, ils sont liés par une relation d’inclusion.